Contact

For inquiries regarding the utilization of ethnobotanicals, or in case you are experiencing an adverse situation or difficulty integrating and experience, please read this page. For inquiries regarding legal support , please read this page.

  • We don’t offer sessions of ayahuasca or iboga.
  • We don’t recommend centers or people who perform/do sessions.

    map mapa marcador ICEERS

    Office

    Carrer de Sepúlveda, 65 , Oficina 2, 08015 Barcelona España +34 931 88 20 99
    iboga ibogaine Gabon community engagement report ICEERS

    Rapport de la phase 2 de l’Initiative d’Engagement Communautaire de l’Iboga/ïne

    15.02.2021

    Rapport de la phase 2 de l’Initiative d’Engagement Communautaire de l’Iboga/ïne

    [En anglais]

    [En espagnol]

     

    L’avenir d’Iboga : perspectives d’Afrique centrale

    Construire une vision collective

    Il est difficile de marcher sur un chemin qu’on ne voit pas. Une vision commune peut servir d’étoile polaire, en aidant les leaders communautaires, les visionnaires, les professionnels et les responsables politiques à naviguer en territoire inconnu et à se concentrer sur un avenir même si la voie exacte à suivre n’est pas encore tracée. L’objectif de l’Initiative d’Engagement Communautaire de l’Iboga/ïne était de collaborer avec la communauté mondiale pour recueillir des opinions et des idées sur l’avenir idéal de l’iboga et de l’ibogaïne dans la société globale.

    Cette initiative s’est déroulée en deux phases. La phase 1 (lire le rapport) a consisté en un processus participatif global mené principalement en ligne et par vidéoconférence afin d’évaluer les principaux problèmes actuels et de développer une vision collective. Ce rapport a également présenté certains résultats qui ont conduit à une vision globale partagée sur divers aspects de l’iboga et de l’ibogaïne. En raison des contraintes méthodologiques, cette première phase n’a pu présenter que quelques perspectives de l’Afrique centrale.

    La phase 2 comprenait un engagement plus profond avec les communautés et les diverses voix au Gabon. Développer une vision commune nécessite de rassembler le savoir présent dans les différents secteurs des communautés gabonaises et nous remercions tous ceux qui ont participé. Les désirs pour le futur sont des aspirations, et pour les construire, nous nous appuyons sur les perspectives des 56 personnes interrogées au Gabon. Parmi les questions, nous leur avons demandé : Quel est l’avenir que vous aimeriez voir dans 10 ans ?

    Engagement de l’iboga

    Une des visions les plus inspirantes est celle d’un avenir dans lequel toutes les actions liées à l’iboga au Gabon sont guidées par une vision commune de la régénération des forêts sacrées.

    Lorsque nous avons visité le Gabon et commencé à nous interroger sur la pertinence de l’iboga dans la vie des gens, cette question a souvent été accueillie avec surprise. Pourquoi mettre l’iboga au centre ? Au Gabon, l’iboga n’est pas nécessairement abordé en dehors du contexte de la spiritualité et des rites de passage, et plus particulièrement en dehors du Bwiti, qui est l’ancienne tradition spirituelle du peuple gabonais. L’iboga, bien que très important en soi, ne semble pas être au centre des croyances et des pratiques, mais plutôt une partie de l’ensemble.

    Cela montre une perspective importante que nous rencontrons encore et encore : l’iboga fait partie d’un système de guérison qui inclut la forêt et les communautés. Ce n’est pas une substance ou un alcaloïde, ni un être individuel.

    Durabilité bioculturelle

    La durabilité bioculturelle de l’iboga est également très préoccupante. Le Tabernanthe iboga a traditionnellement poussé librement et abondamment dans les forêts du bassin du Congo et les communautés n’ont donc jamais eu besoin de le cultiver. Si les communautés des zones rurales ne semblent pas très préoccupées par l’accès à l’iboga, l’inquiétude concernant sa rareté croissante est plus grande dans les zones urbaines de Gabon.

    La situation de pénurie que connaissent certaines régions est un phénomène nouveau qui donne lieu à une situation sans précédent pour laquelle il y a un besoin croissant de cultiver l’Iboga. Ce rapport donne un aperçu des initiatives de culture et du contexte politique actuel en ce qui concerne l’exportation de l’iboga du Gabon.

    Iboga parle: Nous sommes tous connectés

    L’une des considérations les plus puissantes émanant de ce projet est que l’iboga contient des paroles de sagesse pour tous ceux qui souhaitent s’y connecter et sont capables de l’écouter. Il est également à noter que la prise de conscience de ses avantages se propage maintenant au niveau international. Dans le pays d’origine de cette plante, ceux qui l’ont sauvegardée pendant des générations en sont conscients. Les peuples pygmées et bantous qui ont pris soin de cette plante et de son esprit depuis tant de générations en ont une connaissance approfondie et nous assurent qu’ils sont prêts à partager cet héritage sacré avec le monde, pour, comme ils disent, “aider à sauver l’humanité”.

    Ce message s’accompagne d’un appel fort : si nous acceptons cette aide, nous devons toujours le faire avec beaucoup de respect et agir véritablement de manière réciproque avec les peuples qui ont gracieusement partagé cette plante sacrée avec nous, afin que nous puissions également apprendre d’elle et avec elle.

    Bien que cela ne soit pas toujours évident, l’iboga et son principal alcaloïde, l’ibogaïne, établissent de nombreuses connexions entre différents individus, groupes et sous-cultures, nous unissant dans un réseau mondial dont vous faites également partie. Si un individu, ou le monde entier, veut profiter de l’iboga, il doit aussi jouer son propre rôle en veillant à ce que la plante se régénère, que les cultures qui la soutiennent soient protégées et que la réciprocité guide leurs actions.

    Ce rapport met en avant quelques façons d’y arriver, et nous pensons que nous sommes sur la bonne voie pour que ces relations interculturelles évoluent dans les temps à venir. Nous savons depuis longtemps que le bien-être des individus est intimement lié au bien-être des communautés et des sociétés. C’est pourquoi sans réciprocité, il n’y aura jamais de guérison, ou en d’autres termes, la réciprocité est un puissant moyen de guérison.

    En collaboration avec…

    Ce projet a été rendu possible grâce à la précieuse collaboration de Blessings Of The Forest, qui a organisé plusieurs visites de terrain, arrangé des entretiens avec plusieurs informateurs clés et accompagné l’équipe d’ICEERS et l’équipe du film. Ensemble avec Ebando, ils ont généreusement apporté leur expertise, partagé leur réseau, et ont été de précieux conseillers culturels. Nous avons également collaboré avec la documentaliste Lucy Walker et son équipe de production, avec qui nous avons voyagé pendant une partie de notre visite au Gabon.

    Remerciements pour l’engagement de l’iboga

    Ce projet a vu le jour grâce à la générosité de nombreuses personnes qui ont prêté leur voix à la chorale rassemblée dans ce rapport. Nous tenons à leur témoigner, à tous et toutes, notre gratitude. Pour une liste complète des personnes interrogées et des participants, veuillez consulter le rapport.

    FR_ICEERS_IBOGA_Phase 2_Le future de l_iboga. Perspectives d_Afrique Centrale

    Télécharger le rapport

     

    Regardez la playlist vidéo avec les voix des personnes que nous avons interviewées au Gabon :

    ▫️ Aristide Nguema de Blessings Of The Forest
    ▫️ N. Debora (Maman D), mère spirituelle Bwiti, sur l’iboga
    ▫️ Daniel Laoundé Gensdedieux (Tata Rekako), sur l’iboga qui éveille l’esprit
    ▫️ Daniel Laoundé Gensdedieux (Tata Rekako), sur l’utilisation de l’iboga par les étrangers
    ▫️ Jean-Moïse Mouirou (Makonza) partage un message sur l’iboga
    ▫️ Magamou Vincent (Rekado) sur la façon de replanter l’iboga
    ▫️ Blandine Akendengue sur l’iboga et le Protocol de Nagoya

    Categories: NEWS , PSYCHEPLANTS , Iboga
    Tags: ibogaine , iboga , Gabon , Tabernanthe Iboga